Road trip dans l’ouest canadien, bien se prérarer !

Aventure

 

Ah, ce fameux road trip dans l’Ouest canadien! On désire tous un peu le faire une fois dans notre vie, mais on hésite lorsque vient le moment de le planifier véritablement. Qu’on le veuille ou non, se rendre dans les Rocheuses, ça prend du temps et un minimum de préparation.

Accompagnée de 2 amies, je me suis rendue à Banff et à Jasper, question de changer d’air, de bouger et de reconnecter un peu avec la nature. Ce qu’on voulait faire? Un trip de camping et de randonnée d’une durée de 3 semaines!
Je vous présente donc quelques parties de notre préparation et mes conseils afin de bien planifier un voyage de la sorte.

 

 

DURÉE DU VOYAGE ET TEMPS DE L’ANNÉE
On part pour combien de temps? Quelques jours, quelques semaines ou quelques mois? Dans notre cas, la destination et le moyen de transport nous imposaient une durée de quelques semaines. On compte 5 jours pour se rendre aux Rocheuses, 10 jours de séjour et 6 jours pour le retour, sans conduire la nuit. On compte de 8 à 10 heures de route quotidiennes.

 

Pour le temps de l’année, on y est allées du 13 mai au 3 juin. La session d’université vient de terminer, ce n’est pas encore la grosse saison touristique là-bas et c’est plus facile de prendre congé du travail qu’en plein milieu de l’été. Le seul désavantage était la température : entre 10 et 25˚C le jour, mais autour de 0˚C la nuit. Un peu frisquet si on n’est pas bien habillé.

 

 

ITINÉRAIRE
L’élaboration de l’itinéraire est la partie la plus excitante de la préparation. Notre méthode : on prend une grande carte du Canada, on suit la Transcanadienne et on identifie les villes où on veut arrêter pour la nuit. On cherche s’il y a des campings ouverts dans un rayon de 100 km, soit moins d’une heure et demie de route.

 

Sinon, on opte pour des hôtels. Pour l’aller et le retour, on a finalement alterné entre les deux. Par contre, pour le séjour en montagnes, on ne faisait que du camping : la première moitié dans le parc de Banff et la deuxième à Jasper. Ce sont les seuls hébergements qu’on avait réservés d’avance pour s’assurer d’avoir une place.

 

 

BUDGET
Jeunes étudiantes que nous sommes, notre budget n’était pas énorme, même pour un voyage de trois semaines. On ne voulait pas dépenser la totalité de nos économies alors on a décidé de minimiser les coûts.
Voici une liste des dépenses à prévoir :

L’essence et l’entretien du véhicule
On ne se le cachera pas, avant de parcourir environ 7600 km, ce n’est pas mauvais de faire faire un examen complet de la voiture, question de ne pas avoir de surprise en cours de route. Pour l’essence, selon la consommation du véhicule et le nombre d’heures de voyagement quotidiennes, on planifie 2 ou 3 arrêts par jour.

L’hébergement
Pour être un peu plus confortable, on regarde pour des chambres d’hôtel. Pour un budget assez limité et un désir d’être plutôt près de la nature, on opte pour le camping (sauvage ou avec services). À trois voyageuses, on calcule environ de 30 à 50$ par personne par nuit à l’hôtel ou de 10 à 15$ par nuit de camping.

La nourriture
C’est un peu lié à l’hébergement, par exemple, à l’hôtel, le déjeuner est souvent inclus. On pense à aller au restaurant pour souper. En camping, avec un minimum d’équipement, on mange sensiblement la même chose qu’à la maison, le matin comme le soir, pour moins cher qu’au resto. D’un côté comme de l’autre, il ne faut pas oublier les dîners. On se prépare des lunchs ou on arrête dans des casse-croûtes?

Les activités
En faisant notre road trip à l’été 2017, on a été chanceuses. C’est le 150e du Canada, donc on ne paie pas l’entrée dans les parcs nationaux. Il faut par contre penser à la location de canots, de kayak ou de vélos pour se balader, aux entrées dans les musées et à toute autre activité pour laquelle il faut payer.

Le matériel
Ce n’est pas tout le monde qui possède l’équipement nécessaire pour faire du camping et de la randonnée. S’il n’est pas possible d’emprunter à quelqu’un, il faudra peut-être se procurer un bon sac de couchage, un matelas de sol, des bottes ou des souliers de randonnée…



Les achats personnels
Il ne faut pas négliger les achats imprévus (on se rend compte que finalement, on aurait besoin de tel ou tel truc aussi…) et les petits souvenirs qu’on aime souvent rapporter.
Il ne faut pas oublier que le nombre de personnes participant au voyage peut faire augmenter ou baisser les coûts communs.

 

 

MATÉRIEL
Je ne ferai pas de liste détaillée du matériel à apporter en camping et en randonnée, mais je vais tout de même présenter quelques éléments importants.

 

Tout d’abord, pour le camping, je recommande d’avoir un sac de couchage adapté aux températures nocturnes de l’endroit où on voyage. Dans notre cas, la température tournait autour du point de congélation la nuit. Mon sac 0˚C en synthétique s’est prouvé assez versatile. Je portais des vêtements longs et légers les nuits les plus chaudes et j’ajoutais une veste, des pantalons ouatés et des gros bas pour les plus froides. De plus, contrairement au duvet, le synthétique ne garde pas l’humidité. C’est parfait pour un voyage où on n’a pas le temps de faire aérer le sac de couchage.

 

Du côté de l’habillement, à ce moment de l’année, il faut prévoir des vêtements bien chauds pour le soir, la nuit et les matins frais, sans oublier tuque, foulard et gants (eh oui!). On prévoit également des morceaux plus légers pour faire du sport dans la journée (chandails à manches courtes et shorts).

 

Pour des randonnées d’une journée, on pense à amener un bon sac à dos qui répartit le poids sur les hanches (avec une protection pour la pluie). De plus, idéalement, on porte des bottes ou les souliers spécialisés pour cette activité. Dans la neige et la bouette, des souliers de course risquent de se faire tremper et de glisser. Le meilleur truc pour savoir quoi chausser afin d’éviter les blessures est de se rendre dans un magasin spécialisé (MEC, SAIL, La Cordée, etc.) et de demander conseil.

À Banff et à Jasper, on se promène dans les habitats de différents animaux sauvages, dont les ours noirs et les grizzlys. Pour mettre toutes les chances de notre côté, on s’est procurées chacune un vaporisateur anti-ours (en vente dans certains magasins de plein air). Pour éviter d’attirer tout animal, on utilise des savons, shampoings et désodorisants sans parfum.

 

 

PRÉPARATION PHYSIQUE

La randonnée pédestre était l’activité principale de notre séjour. On aurait pu y aller sans se préparer physiquement, mais pour profiter pleinement de nos marches en montagnes et ne pas arriver au sommet à quatre pattes, on a préféré se faire un petit plan d’entraînement et le mettre à exécution quelques mois en avance. Nos entraînements se concentraient sur un minimum de cardio ainsi que quelques exercices pour les jambes, les bras, les épaules et les abdominaux.

N’hésitez pas à poser vos questions, il me fera plaisir de vous répondre ! À suivre, mon récit de voyage dans le prochain article 🙂

article précédent
article suivant

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Aymeric PERONA
    mars 7, 2019 at 7:24

    Ça devait être un superbe roadtrip en tout cas ! Merci pour les informations, c’est toujours utile d’avoir un retour d’expérience pour ce genre de trip !

    • Reply
      Mélissa
      avril 8, 2019 at 2:19

      Bonjour ! Merci pour ton commentaire 🙂 je t’invite à lire la suite sur le Blogue !

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.