La Kombucha vous connaissez ?

Découverte

 

 

Kombuche quoi ?

 

C’est souvent ce que je me fais demander lorsque je parle de kombucha autour de moi ! Si, pour certaines, cette boisson effervescente fait désormais partie du quotidien, pour plusieurs, c’est la première fois qu’ils entendent ce nom étrange qui sonne un peu comme le nom d’une danse folklorique russe.

 

Tout d’abord, pour celles qui ne seraient pas familières avec la « chose », voici une petite définition[i] : culture symbiotique de levures et de bactéries qui métabolise le sucre et la caféine contenue dans le thé pour produire un breuvage bourré de probiotiques, d’acides aminés et d’enzymes. En gros, on procède à une infusion de thé sucré, à laquelle on ajoute la mère kombucha, et on laisse la magie opérer. Malgré qu’aucune étude scientifique ne prouve ses bienfaits à 100%, on s’entend généralement pour lui octroyer un rôle anti-inflammatoire, antioxydant et anticarcinogène.

 

J’ai découvert le kombucha un peu de façon accidentelle, il y a 3 ans. Je n’en avais jamais vraiment entendu parler, mais étant curieuse de nature, j’ai acheté une bouteille et ç’a été l’amour à la première gorgée. Et comme pour tout le reste dans ma vie, j’ai eu envie d’essayer d’en faire par moi-même et voilà, depuis ce temps, je consomme mon propre kombucha.

 

 

Faire son propre Kombucha

C’est très simple à faire : à ma première expérience, j’ai acheté une culture maman kombucha, environ 20$, et j’ai suivi la recette (que vous pouvez trouver ici), mais j’ai aussi eu envie d’essayer à partir d’une simple bouteille du commerce, environ 5$, qui m’a donné un excellent résultat à très peu de frais. Si vous choisissez l’option 2, il vous suffira de verser le contenu de votre bouteille dans un pot à conserve en verre, couvrir d’un tissu fin, d’étamine à fromage ou encore d’un filtre à café (j’utilise un filtre à café non blanchi au chlore), et d’être un peu patiente, le temps qu’une nouvelle maman kombucha se forme, soit environ 2 semaines.

 

Quelques petits conseils supplémentaires, à savoir si vous décidez de l’essayer à la maison : ne jamais utiliser d’ustensiles en métal, favoriser le sucre de canne biologique (certains prétendent que le kombucha préfère le sucre blanc) et finalement opter pour de l’eau distillée ou de source plutôt que celle du robinet.

 

 

Vous pouvez également faire une deuxième fermentation pour aromatiser votre kombucha une fois votre production mise en bouteille. J’en profite pour ajouter du gingembre, des fruits et des fines herbes, oui oui ! Voici mes recettes préférées :

http://www.theroastedroot.net/strawberry-basil-kombucha/

http://www.naturallyloriel.com/20-ways-to-flavor-your-kombucha/

http://nourishedkitchen.com/cinnamon-spice-kombucha/

http://www.thankyourbody.com/12-favorite-fruit-herb-flavors-kombucha/

 

En terminant, j’ai un petit prince TRÈS difficile sur le plan alimentaire à la maison, et à ma grande surprise, à force de me voir en boire, il réclame sa dose de kombucha lui aussi. Soyez créatives, il n’y a pas de limite aux combinaisons de saveurs possibles, moi je prépare même mes drinks alcoolisés à base de kombucha ! 😉

 

[i] Les informations proviennent du site Web de RISE Kombucha.

 

article précédent
article suivant

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.